X FERMER

NAVIGATION

LES DOSSIERS
AUTOUR DE LA MAISON "ALLÉES" CHEZ SOI, EN TOUTE SÉRÉNITÉ CONFORT ET ERGONOMIE AU COEUR DES ALLÉES LA PLACE DU JARDIN DANS LA SOCIÉTÉ LE JARDIN EN CARRÉ OU LE JARDINAGE POUR TOUS ERGONOMIE DES ALLÉES : NOUS AVONS TOUS À Y GAGNER ! LE JARDIN BOTANIQUE ET SES MISSIONS LES PLANTES SAUVAGES POUR ÉLARGIR NOTRE HORIZON CULINAIRE SERRES ET POTAGERS CONNECTÉS
TENDANCES
Le nouvel abri de jardin : design et technologie Du neuf dans les jardins Une terrasse intelligente ! Les enfants s'y mettent aussi !! L'outillage au féminin Des outils confortables et écologiques Espace jeux Nouvelles technologies Jardin et styles de vie Le jardin branché
ENVIRONNEMENT
Adopter le vent pour produire sa propre énergie Les abeilles en danger Grenelle de l'environnement, les bons gestes au quotidien Les plantes d'intérieur au secours de notre santé ? Les pompes à chaleur L'eau Prendre soin de son jardin Les piscines écologiques Les produits phytosanitaires Les toitures végétalisées, belles et utiles
DÉCOUVERTE
Des jardins ouvriers aux jardins familiaux Promenons-nous dans les parcs et jardins Les jardins : inépuisable source d'inspiration des peintres Jardin et styles de vie : les nouvelles tendances Le saviez-vous ? Promenons-nous Nouveaux outils de jardin Les jardins du monde Le jardin médiéval Le métier de paysagiste Nouvelle véranda solaire Jardins des villes et jardins des champs Les plantes nous font du bien ! Les arbres poussent plus vite en ville
MAISON
Idées déco Coups de coeur Sécurisez votre maison
FICHES PRATIQUES
Fabriquer un tapis de corde Les pickles ont la cote... Un cadran solaire humain Raviver des meubles de jardin Lutter naturellement contre les parasites Ma table de jardin en mosaïque Tendance : Installer un poulailler dans son jardin Les plantes carnivores : mieux les connaître pour mieux les cultiver ! La pergola, l'atout chic et romantique de votre jardin ! Jardiner avec le marc de café Fruités, colorés, vitaminés, les smoothies ont tout pour plaire ! Construire son pluviomètre Allergies : comment faire bon ménage avec son jardin ? Transplanter un arbuste Faites de votre pelouse un green Nettoyer son mobilier de jardin Plantation d'un rosier Le hérisson ... l'assistant du jardinier Mini soins pour petits fruits Faire son paillis Réaliser son éclairage soi-même Faire ses confitures maison Construire sa cabane à oiseaux Devenez maître de votre bonzaï Mon gâteau de Pandan Aménager son potager bio Soigner les piqûres d'insectes par l'aromathérapie La chouette Chevêche, alliée de votre jardin Désherbant bio: réparer un purin d'orties Fabriquer son piège a frelons asiatiques Créer son cadre végétal Recette du sirop de coquelicot Fabriquer son shampoing avec de la Saponaire Conserver ses légumes avec la lacto-fermentation Des engrais naturels pour vos plantes vertes Recette de rillettes végétariennes
LA VIE AU JARDIN
Calendrier des fruits et légumes de saisons Les légumes oubliés A notre saison
LE MAGAZINE SE DIVERTIR LE RÉSEAU INSCRIPTION NEWSLETTER

AccueilLes dossiersLe jardin botanique et ses missions

Le jardin botanique et ses missions

 Où en serait notre connaissance du monde végétal si, avant nous, des scientifiques n’avaient pas eu l’idée de rassembler en un même lieu les plantes récoltées aux quatre coins du monde ?

Au début… La Renaissance ! Cette période trouve son origine en Italie vers le XIVe siècle, puis s’étend dans le reste de l’Europe aux XVe et XVIe siècle. C’est une période de découvertes : l’imprimerie qui va permettre une meilleure diffusion du savoir,  les explorateurs qui sillonnent les mers et trouvent de nouvelles voies maritimes et de nouveaux continents. Les cours européennes se passionnent pour les arts et les sciences. C’est dans ce contexte que vont naître les  jardins botaniques.

Le premier des premiers ! 

Le premier jardin botanique universitaire est créé à Padoue (Italie – Vénétie) en 1545. C’est l’exemple le plus ancien de ce type de bien ayant survécu, et qui a conservé son plan d’origine. Il est au tout début des jardins botaniques en Europe et il représente la naissance de la Botanique, des échanges scientifiques et de la compréhension des relations entre nature et culture.
Le jardin de Padoue renferme deux collections importantes : sa bibliothèque qui contient plus de cinquante mille volumes et manuscrits, et son herbier, deuxième d’Italie par sa taille. Des plantes rares y sont rassemblées et cultivées. Actuellement, plus de six mille espèces y sont classées suivant des critères systématiques, utilitaires et environnementaux, et sous forme de collections thématiques. Le jardin botanique de Padoue a été une source d’inspiration pour de nombreux autres jardins en Italie et en Europe. 

Selon l’index Herbariorum (2008), il existerait dans le monde plus de 3400 herbiers regroupant  350 millions d’échantillons ou parts d’herbiers répertoriés sur les 400 dernières années.

Et en France ?

En 1593, Henri IV confie à Pierre Richer de Belleval (enseignant en Botanique) la création d’un jardin royal à Montpellier. Ce sera le premier jardin botanique français. Il est inspiré du “jardin médical” de Padoue.
Lors de sa création, il est consacré à la culture des “Simples” (plantes médicinales). Mais le projet initial est rapidement dépassé, et le jardin devient un véritable outil d’étude botanique, inédit à l’époque.
Dès le début du XVIIe siècle, il évolue : c’est non seulement un jardin scientifique avec une importante collection de végétaux, mais il fait figure de précurseur dans sa manière d’appréhender la diversité du milieu végétal : il reproduit différents milieux (ombragé, ensoleillé, humide, sablonneux, pierreux…) et consacre des emplacements  spéciaux aux plantes exotiques. Du jardin d’origine, il ne reste aujourd’hui que la “Montagne de Richer”. Cet espace, formé d’un tertre avec 5 terrasses sur chaque versant, présentait essentiellement la flore locale. Au fil du temps, il s’enrichit d’une “école de systématique” (site école où les plantes sont regroupées par familles botaniques), puis d’une serre chauffée, d’un jardin anglais, d’une serre tempérée et d’un bassin, d’un petit observatoire…Aujourd’hui le jardin des plantes de Montpellier présente une superficie de 4,6 hectares avec une surface sous serre de 688 m2 et une orangerie de 267 m2. Il totalise 2 679 espèces. Destiné à la recherche scientifique, il s’affiche comme un centre d‘études taxonomiques et horticoles ouvert à la coopération internationale. Il fait, en permanence, l’objet d’enrichissement et de sauvegarde des collections animées (plantes) et inanimées (ouvrages, iconographie, herbier). Le jardin botanique de Montpellier a inspiré celui de Paris créé en 1635.

À Paris … 

Le jardin des plantes, dans  son état actuel s’étend sur  30 hectares. Il est constitué d’une suite de jardins et de serres, à commencer par des parterres à la française. On y trouve : une école de botanique où sont répertoriés 4 500 végétaux présentés par famille, un jardin Alpin de 4 000 m2 où poussent 2 000 plantes originaires des montagnes du monde entier, de grandes serres abritant des plantes exotiques, un labyrinthe constitué de plantes méditerranéennes et à feuillage persistant (les chênes verts, les pins, les cèdres, les Ifs et les buis), une Bibliothèque, une Roseraie où 170 espèces retracent l’histoire de la rose, un jardin d’Iris... et aussi, une ménagerie ! Depuis 1995, Le Jardin Botanique de la Ville de Paris est constitué de 4 jardins : le parc Floral de Paris, le parc de Bagatelle, l’Arboretum de l’école Du Breuil et le jardin des serres d’Auteuil. Ils couvrent une superficie totale de 73 hectares. Les reconstitutions de biotopes, les jardins thématiques et l’arboretum, ainsi que les collections spécialisées, rassemblent près de 20 000 plantes. 

Le plus grand arbre du monde est le séquoia à feuilles d’If (Sequoia sempervirens). C’est un conifère d’Amérique du Nord qui vit naturellement sur la côte Pacifique des États-Unis, dans les montagnes californiennes. Le spécimen le plus grand connu actuellement porte le nom d’Hypérion et mesure 115,55 mètres. Il pourrait avoir 3000 ans !

Un petit tour par les collections…

On parle beaucoup de “collections” de plantes dans ces jardins. Justement, à Montpellier, le jardin des plantes présente des collections intéressantes. À commencer par “L’école de Systématique de Candolle” site-école où 250 espèces sont cultivées dans un endroit protégé en raison de leur fragilité. Cette partie du jardin n’est d’ailleurs ouverte qu’aux visites de groupes. A voir également, la collection de Cistes : c’est sur le versant Sud de la Montagne de Richer que poussent ces plantes méditerranéennes de garrigue, connues pour leur résistance à des situations arides. Une dizaine d’espèces et leurs hybrides figurent dans cette collection. Un arboretum datant du XIXe siècle abrite plus de 170 arbres. Ils constituent une collection remarquable par l’âge et la taille  de certains sujets : la pacanier, le Ginkgo, l’oranger des Osages ou le Phyllaire de la montagne. D’autres, moins impressionnants par leur taille, mais particulièrement rares ou présentant un intérêt botanique : le Cyprès de l’Atlas, le Chêne faux kermès, le Genevrier alligator. Ce jardin recèle aussi : des plantes “succulentes”, plantes grasses dont les plus populaires sont les cactus (400 espèces figurent dans cette collection), une belle collection de palmiers à découvrir dans tous les  secteurs du jardin, et en gestation, une collection de plantes médicinales. Les 164 espèces prévues occuperont le carré des médicinales de “L’école de  Systématique”. 

Jardin botanique : utile et agréable

Les premiers jardins botaniques avaient vocation à servir la médecine. Ils étaient, pour les scientifiques, un lieu privilégié d’observation des plantes. Dans ces jardins, les plantes sont étiquetées, leur évolution est  suivie de près. Triées selon des  critères scientifiques, elles suivent une classification bien précise. Certains jardins botaniques ont reçu leurs plantes ou leurs arbres à l’état de graines issues de plantes sauvages venues de pays lointains. Des dizaines d’années plus tard, elles sont devenues des références historiques du jardin. Ces plantes peuvent être l’objet d’études scientifiques (recherche de molécules utiles pour la médecine, recherche sur la résistance aux climats, etc...). Le Jardin Botanique joue un rôle important dans la conservation des plantes menacées d’extinction. En les cultivant et en les échangeant au sein d’un réseau de jardins et d’instituts botaniques partenaires, il participe à la  sauvegarde de la biodiversité. Il a aussi un rôle auprès du grand public : il sert de support et  d’illustration à la diffusion des connaissances sur les végétaux du monde entier. Les jardins sont des outils pédagogiques à destination des écoliers qui viennent ici découvrir à quoi servent les plantes, quels sont leurs cycles de développement. Ils sont un vecteur de communication sur la nécessité de sauvegarder la nature et par la même, notre planète. On y vient également pour son plaisir : ces jardins, en effet, se situent bien souvent au cœur des villes. Une promenade, un dimanche après-midi, sous les arbres plusieurs fois centenaires d’un “jardin des plantes” comme on l’appelle fréquemment, est un moment de détente où l’on se ressource au contact d’une nature absente de notre environnement quotidien. Souvent agrémentés de plans d’eau et d’espaces d’accueil, ils invitent à la méditation, au calme, et à la balade romantique.

Sources : Une histoire des jardins botaniques - entre Science et Arts paysagers - Yves-Marie ALLAIN (QUAE) - Université de Montpellier : umontpellier.fr - mairie de Paris - equipement.paris.fr