X FERMER

NAVIGATION

LES DOSSIERS
AUTOUR DE LA MAISON "ALLÉES" CHEZ SOI, EN TOUTE SÉRÉNITÉ CONFORT ET ERGONOMIE AU COEUR DES ALLÉES LA PLACE DU JARDIN DANS LA SOCIÉTÉ LE JARDIN EN CARRÉ OU LE JARDINAGE POUR TOUS ERGONOMIE DES ALLÉES : NOUS AVONS TOUS À Y GAGNER ! LE JARDIN BOTANIQUE ET SES MISSIONS LES PLANTES SAUVAGES POUR ÉLARGIR NOTRE HORIZON CULINAIRE SERRES ET POTAGERS CONNECTÉS
TENDANCES
Le nouvel abri de jardin : design et technologie Du neuf dans les jardins Une terrasse intelligente ! Les enfants s'y mettent aussi !! L'outillage au féminin Des outils confortables et écologiques Espace jeux Nouvelles technologies Jardin et styles de vie Le jardin branché Les petits jardiniers en action !
ENVIRONNEMENT
Adopter le vent pour produire sa propre énergie Les abeilles en danger Grenelle de l'environnement, les bons gestes au quotidien Les plantes d'intérieur au secours de notre santé ? Les pompes à chaleur L'eau Prendre soin de son jardin Les piscines écologiques Les produits phytosanitaires Les toitures végétalisées, belles et utiles Tourisme vert : les parcs et jardins, atouts charme des villes !
DÉCOUVERTE
Des jardins ouvriers aux jardins familiaux Promenons-nous dans les parcs et jardins Les jardins : inépuisable source d'inspiration des peintres Jardin et styles de vie : les nouvelles tendances Le saviez-vous ? Promenons-nous Nouveaux outils de jardin Les jardins du monde Le jardin médiéval Le métier de paysagiste Nouvelle véranda solaire Jardins des villes et jardins des champs Les plantes nous font du bien ! Les arbres poussent plus vite en ville
MAISON
Idées déco Coups de coeur Sécurisez votre maison
FICHES PRATIQUES
Fabriquer un tapis de corde Les pickles ont la cote... Un cadran solaire humain Raviver des meubles de jardin Lutter naturellement contre les parasites Ma table de jardin en mosaïque Tendance : Installer un poulailler dans son jardin Les plantes carnivores : mieux les connaître pour mieux les cultiver ! La pergola, l'atout chic et romantique de votre jardin ! Jardiner avec le marc de café Fruités, colorés, vitaminés, les smoothies ont tout pour plaire ! Construire son pluviomètre Allergies : comment faire bon ménage avec son jardin ? Transplanter un arbuste Faites de votre pelouse un green Nettoyer son mobilier de jardin Plantation d'un rosier Le hérisson ... l'assistant du jardinier Mini soins pour petits fruits Faire son paillis Réaliser son éclairage soi-même Faire ses confitures maison Construire sa cabane à oiseaux Devenez maître de votre bonzaï Mon gâteau de Pandan Aménager son potager bio Soigner les piqûres d'insectes par l'aromathérapie La chouette Chevêche, alliée de votre jardin Désherbant bio: réparer un purin d'orties Fabriquer son piège a frelons asiatiques Créer son cadre végétal Recette du sirop de coquelicot Fabriquer son shampoing avec de la Saponaire Conserver ses légumes avec la lacto-fermentation Des engrais naturels pour vos plantes vertes Recette de rillettes végétariennes
LA VIE AU JARDIN
Calendrier des fruits et légumes de saisons Les légumes oubliés A notre saison
LE MAGAZINE SE DIVERTIR LE RÉSEAU INSCRIPTION NEWSLETTER

AccueilEnvironnementLes toitures végétalisées, belles et utilesL'Accessibilité ?

L'Accessibilité ?

Règles professionnelles et certification

La végétalisation des toitures est un axe de développement écologique important pour la ville de demain. Dans ce cadre, les maîtres d’ouvrage et intervenants de la construction peuvent s’inscrire dans une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale). Il s’agit pour ceux-ci de s’engager dans des choix conformes aux objectifs de développement durable, à toutes les étapes du bâtiment : de la conception à la réalisation.

 

L’association Alliance HQE – GBC est l’alliance des professionnels pour un cadre de vie durable. Elle agit de manière globale sur le bâtiment, l’aménagement et les infrastructures à toutes les étapes de leur cycle de vie. Elle traite de sujets sur l’énergie et le carbone, la biodiversité, l’économie circulaire, la qualité de l’air, le bâtiment connecté... Dans ses 5 priorités stratégiques pour 2017/2019, l’association s’est fixé, entre autres, comme objectif de “faire des quartiers, une échelle renforcée d’action et de communication” pour rendre “les villes prêtes aux nouveaux usages et nouveaux mode de vie”. (source Alliance HQE GBC France)

Dans l’immédiat, il n’existe pas de label officiel certifiant la performance écologique et durable d’une toiture végétalisée. Ce procédé de construction s’inscrit dans une démarche écologique globale. Il est régi par les règles professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses et toitures végétalisées publiées par L’ADIVET (Association des toitures et façades végétalisées), avec la CSFE (Chambre syndicales de l’Etanchéité), le SNPPA (Syndicat National du Profilage), et l’UNEP (Union Nationale des Entrepreneurs du Paysage).

 

Accessible à tout un chacun ?

Les jardins sur les toits sont une solution écologique particulièrement adaptée aux villes et les maîtres d’ouvrage de bâtiments collectifs et commerciaux en sont les utilisateurs les plus courants. Mais qu’en est-il pour un particulier ? Quel que soit le mode choisi (extensif, semi-intensif ou intensif), les contraintes techniques ne sont pas simples à appréhender, et nécessitent de faire appel à une entreprise spécialisée. Tous les toits ne peuvent pas supporter la végétalisation : trop pentu, étanchéité inadaptée, support non adapté à la charge. Pour une construction neuve, l’intervention d’un architecte ou d’un professionnel de l’éco-construction semble évidente. Dans ce cas, la toiture végétale fera partie d’un ensemble de mesures pour réaliser un habitat écologique dans son intégralité.

Développer la place de la nature en ville : c’est l’objectif ambitieux du programme de végétalisation de la mairie de Paris sur la mandature 2014–2020.
En chiffre :
• 30 hectares supplémentaires de jardins ouverts au public,
• 20 000 nouveaux arbres plantés,
• 200 projets de végétalisation participative dans le cadre de l’opération “Du vert près de chez moi”,
• développement des fermes pédagogiques, vergers et potagers dans les écoles…
• 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine.
(Source : paris.fr)

D’un point de vue financier, les coûts d’une toiture végétalisée seraient quatre à cinq fois plus élevés que pour une toiture normale. Dans l’immédiat, mises à part quelques initiatives de certaines grandes villes (citons LILLE) ou région (comme l’Ile de France) qui subventionnent essentiellement les maîtres d’ouvrage publics, il n’existe pas d’aide financière spécifique dédiée de la part de l’état. Il n’y a donc pas ou peu d’incitation directe à la mise en oeuvre de ces toitures pour les particuliers.

Du côté législatif

Actuellement, et même si le Grenelle de l’environnement, dans son engagement 76 prône la mise en place de toutes les mesures permettant de restaurer la nature en ville, aucun texte de loi n’impose que les immeubles d’habitations comportent des toitures végétalisées. Une exception cependant, concerne les surfaces commerciales : la loi sur la biodiversité dans son article 86, paru au journal officiel le 8 août 2016, ordonne le respect de conditions environnementales lors de la construction ou la rénovation de centres commerciaux : ces bâtiments devront sur tout ou partie de leur toiture intégrer des procédés de production d’énergie renouvelable comme les panneaux photovoltaïques ou les éoliennes de toit, ainsi qu’un système de végétalisation. Concernant les parkings, ils devront comporter des dispositifs favorisant la perméabilité et l’infiltration des eaux pluviales. Cette mesure est applicable dès le 1er mars 2017.

Malgré le peu d’encouragement de la part de nos pouvoirs publics, les toitures végétalisées ont le vent en poupe. Loin d’être simplement un phénomène de mode, elles sont un vrai moyen d’amener de la verdure au coeur des villes. Et l’on sait que les espaces verts ne sont pas seulement des vecteurs pour la biodiversité, la qualité de l’air ou la gestion de l’eau. Ils sont synonymes de meilleur santé : une étude publiée par l’observatoire des villes vertes, indique que “vivre à proximité d’un espace vert réduit la prévalence de nombreuses maladies”.

Ainsi les douleurs dorsales, la dépression, l’asthme, les migraines, les troubles de l’anxiété régresseraient de manière significative lorsque l’on vit à proximité d’un espace vert (étude UNEP-HORTIS – Cabinet Astérés) . Une toiture végétalisée n’offre pas seulement le triple avantage de rendre notre habitat, écologique, confortable et économique, mais est bénéfique pour notre santé. Au delà de son efficacité, cet îlot de verdure esthétique agrémente les paysages urbains et offre de nouveaux espaces à investir pour les citadins.


Remerciements à Marc LACAILLE de l’ADIVET
pour ses précieux conseils techniques

Sources : adivet.net (association des toitures et façades végétalisées)/ecohabitation.com/ Observatoire UNEP/HORTIS des villes vertes/ Grenelle de l’environnement/Ademe